J’y vais… j’y vais pas…

Voici un petit article de finance pour changer qui introduira la notion, à laquelle je me suis refrotté  récemment, de VAN ou Valeur Actuelle Nette.

Pour expliciter un peu tout ça, je vais lever quelques questions.

Comment selon vous une entreprise peut dire, quand on lui présente un projet (construire un pont, donner aux restos du coeur ou encore investir dans des subprimes(…)), si c’est une idée potentiellement rentable ou pas ?

Pareillement comment est-ce que vous en tant qu’individu pouvez dire d’un investissement (acheter des actions, acheter un logement pour le louer, mettre tout sur un Compte Epargne) qu’il correspond à la meilleur façon d’utiliser votre argent ?

La VAN permet de répondre à ces questions là et de définir si un investissement est rentable à terme ou s’il vaut mieux s’abstenir.

Vous allez me dire : « mais c’est complètement con comme idée, alors c’est simple il suffit de prendre tout ses frais et dépenses et de les soustraire aux rendements/rentrées d’argent et voir si c’est positif ou pas » au fond c’est un peu ça, mais augmenté du vieux proverbe « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » car 1 euro aujourd’hui ne vaut pas 1 euro qui vous sera donné dans 5 ans (l’inflation mis à part), on appel ça la notion d’actualisation.

Mais pour finir sur la VAN : elle correspond donc à la somme des Cash Flow (rentrée d’argent – dépenses) de chaque années d’investissement actualisé à un taux t ou taux d’actualisation (ce taux correspond à l’impératif de rentabilité que l’on se fixe et pour une société au Coût Moyen Pondéré du Capital – le coût auquel cette société arrive à se financer). En somme si la VAN d’un projet est positive celui-ci est une bonne idée car il créé vraiment de la valeur (plus que le taux sans risque).

Il ne faut pas croire que la notion de VAN enlève toute « subjectivité », car à moins de connaître le futur, on a jamais qu’une idée approximative des potentiels rentrée d’argent/frais impondérables qui peuvent arriver, mais elle permet de raisonner, même si on parle en terme d’espérance de rendement, sur des chiffres année par année et de se fixer des bornes d’investissement : « après 5 année la mise de départ doit être récupérée ».

On ne voit jamais mieux qu’avec un example : Une société veut lancer un nouveau produit, on sait qu’elle se finance (auprès de son banquier ou des marchés financiers) à un taux de 12,5% . Le lancement du nouveau produit va couter 40 000 euros la première année, et devrait rapporter les 3 années suivantes respectivement 20 000 euros, 15 000 et 13 000. Avec ces éléments vous êtes maintenant capable de savoir si ce projet est rentable, qu’en pensez vous ?

La réponse est non, et voici le détail du calcul.

Vale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :